Les régals méconnus de Montréal

Petit focus des délices made in Québec, loin des clichés sur cette si charmante contrée.

 

Force est de reconnaître que, lorsque l’on parle de gastronomie, le Québec ne nous vient pas spécialement à l’esprit. Généralement associée à la junk food et à la poutine – ce mélange improbable de frites, de sauce brune et de fromage en grains, considéré comme une hérésie par les gourmets les plus conservateurs –, la région, dans l’imaginaire collectif, ne brille pas par sa bonne bouffe. Il serait pourtant dommage de ne pas donner une seconde chance à nos camarades canadiens, d’autant que Montréal est en passe de s’imposer comme une destination phare pour les amateurs de bonne chère.

 

Les bagels du bonheur

Avec 65 restaurants au kilomètre carré, Montréal s’affiche comme la ville nord-américaine qui compte le plus grand nombre de restaurants par habitant, et tout autant de food trucks. Loin des stéréotypes moqueurs, la métropole québécoise fourmille d’une pléthore d’adresses où l’on peut déguster de bons bagels montréalais, à l’instar de Fairmount Bagel (implanté dans la rue éponyme) ou de son concurrent direct St-Viateur Bagel, réputé pour son four à bois présent depuis 1957. S’ils n’ont pas la notoriété de leurs congénères new-yorkais, ces délicieux sandwichs séduisent les amateurs avec leur saveur plus sucrée qu’à l’accoutumée et leur préparation artisanale.

Ouvert en 2001 par le chef renommé Martin Picard, le Pied de cochon est une institution mondiale pour les amateurs de foie gras. Parmi les plats stars de la prestigieuse enseigne de l’avenue Duluth, le tartare de boudin et de foie gras cru au sel fait de nombreux adeptes. Dans un registre plus singulier, pour ne pas dire délicieusement sacrilège et décadent, le chef s’est amusé à revisiter cette chère poutine, en y incorporant quelques tranches de foie gras. Le tout est agrémenté d’une succulente sauce – toujours au foie gras, vous l’avez deviné – ne comprenant pas moins de six œufs. Si un tel mets est fortement contre-indiqué pour la ligne, l’expérience vaut bien le détour et, comme le dit malicieusement Martin Picard : « Quand on va au restaurant pour manger de la salade, c’est qu’on a un problème. »

 

(20minutes/afp)

Leave a Reply

Your email address will not be published.