L’Iran ne négociera que si les sanctions sont levées

Hassan Rohani demande la levée des sanctions imposées par Washington avant toute négociation sur son programme nucléaire.

 

 

Le président iranien Hassan Rohani a affirmé mardi que son pays était prêt à négocier avec les Etats-Unis si ces derniers levaient les sanctions qu’ils ont imposées à Téhéran.

«La République islamique d’Iran est en faveur de négociations et, si les Etats-Unis veulent vraiment discuter, avant toute chose ils doivent lever l’ensemble des sanctions», a déclaré Hassan Rohani dont les propos ont été retransmis à la télévision d’Etat.

Le président iranien a affirmé que Téhéran était disposé à discuter, que les Etats-Unis soient ou non partie prenante à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, dont Washington s’est retiré en mai 2018 avant de rétablir de sévères sanctions économiques contre l’Iran.

 

A Washington de faire le pas

«Qu’ils veuillent intégrer ou non le JCPOA (sigle désignant l’accord, ndlr), c’est à eux de décider», a déclaré M. Rohani depuis le ministère des Affaires étrangères, où il a rencontré le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif.

M.Zarif a confirmé lundi des informations selon lesquelles il avait refusé une invitation à rencontrer le président américain Donald Trump, malgré des menaces de sanctions à son encontre.

Washington a décidé d’imposer des sanctions au ministre iranien le 31 juillet, après son refus de se rendre à la Maison Blanche, ont affirmé des responsables iraniens.

 

Sabotages et attaques de navires

Les relations entre Téhéran et Washington n’ont cessé de se dégrader depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l’Iran, que l’administration Trump accuse de déstabiliser la région et de chercher à se doter de la bombe atomique.

Depuis mai, des sabotages et attaques de navires dans le Golfe –imputées par les Etats-Unis à Téhéran, qui dément–, la saisie de pétroliers étrangers ainsi que la destruction d’un drone américain par l’Iran ont encore fait monter la pression.

 

(nxp/ats)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.