La vérité n’a plus la cote…..et nous ne sommes pas au bout de nos peines.

Alors Président des Etats-Unis, Richard Nixon avait dû démissionner pour, notamment, avoir fait des écoutes illégales, avoir harcelé des groupes d’activistes et s’être servi d’agences américaines (FBI, CIA, IRS) pour traquer ses opposants politiques.

 

 

En réalité, Richard Nixon n’était qu’un précurseur.  Il était avant son temps.

Que ce soit aux Etats-Unis, au Canada, en France ou dans de nombreux autres pays, les gestes qui furent reprochés à Richard Nixon constituent aujourd’hui la norme.  Et pire encore, même des fonctionnaires ou de simples citoyens sachant manier les rouages du système utilisent maintenant des stratagèmes similaires

Ecoutes électroniques illégales, piratage de systèmes informatiques, utilisation d’agences et d’organismes gouvernementaux dans le but de détruire la carrière et la réputation d’une personne qu’on souhaite voir punis pour des raisons personnelles, sans compter les fausses informations qui peuvent être relayées à des millions d’individus en quelques clics de souris.  Il semble que de plus en plus, toutes les méthodes soient bonnes pour que tous et chacun puisse arriver à ses fins.

Et le plus gros problème dans tout cela, c’est que lorsqu’une personne se fait prendre à utiliser de tels procédés, il n’a (presque) rien.  C’est devenu si banal.

Il y a plusieurs années, un évangéliste au Québec s’est faussement fait accuser d’agressions sexuelles.  Sa vie fut détruite.  Le faux dénonciateur a-t-il été puni ?  Je vous laisse deviner la réponse.

En France il a été rapporté certains comportements similaires de la part d’anciens chefs d’Etats ou de hauts fonctionnaires.  Personne n’a manifesté et ces individus fautifs n’ont pas souffert le moins du monde de la découverte de leurs actions qui, pourtant, auraient dû être punies.  François Mitterand et ses proches étaient notamment experts dans l’art de l’espionnage à des fins personnelles et dans l’utilisation de procédés douteux pour harceler certaines personnes à qui ils souhaitaient nuire.  Et puis quoi ?  Rien.  Pour la majorité des gens c’était presque quelque chose de normal.

Récemment, au Canada, des journalistes ont fait l’objet d’écoutes électroniques de la part de policiers.  Hormis les journalistes eux-mêmes, qui s’en soucie ?

Donald Trump, durant la campagne électorale, a suggéré à la Russie de pirater les courriels de son adversaire, et il a été élu.

Edward Snowden a révélé toute l’étendu de la problématique de l’écoute massive effectuée par certaines agences « secrètes » et pourquoi finalement ?  Il s’est sacrifié pour rien du tout.

Au Canada les enquêteurs de la GRC ont confectionnés de faux rapport pour que les américains envoient Maher Arar, un citoyen Canadien, en Syrie pour qu’il s’y fasse torturer.  Il a finit par être dédommagé….par les contribuables.  Mais qu’en est-il du ou des enquêteurs qui ont confectionnés ces faux rapports ?  Rien du tout.  Et qui dans la population s’est levé pour demander à ce que les réels responsables paient pour leurs actions ?  Encore une fois je vous laisse deviner la réponse.

En fait, la quasi-totalité de la population n’en a que faire…..jusqu’à ce que certaines personnes précises dans cette population n’en fassent un jour les frais.  Alors ils crieront au scandale, mais il y a fort à parier qu’alors, leurs concitoyens feront comme eux auront précédemment fait, ils feront la sourde oreille et ne réagiront pas.

Nous ne sommes pas au bout de nos peines……

Leave a Reply

Your email address will not be published.