Poutine et Kim Jong Un se rencontreront jeudi

Le président russe recevra le leader nord-coréen jeudi à Vladivostok. Il s’agit du premier sommet entre les deux pays depuis huit ans.

 

 

Le leader nord-coréen Kim Jong Un rencontrera Vladimir Poutine jeudi à Vladivostok, en Extrême-Orient russe, a annoncé mardi un conseiller du Kremlin alors que la Corée du Nord cherche de nouveaux soutiens internationaux dans son bras de fer avec les Etats-Unis.

«Notre président aura des discussions jeudi avec le leader nord-coréen Kim Jong Un», a déclaré aux journalistes Iouri Ouchakov. Cette rencontre, la première entre les deux chefs d’Etat, est un «évènement clé dans les relations bilatérales» entre les deux pays, a-t-il ajouté.

L’agence officielle nord-coréenne KCNA a déjà annoncé mardi que M. Kim allait «prochainement effectuer une visite en Russie à l’invitation» du président Poutine. «La rencontre sera centrée sur la résolution politico-diplomatique du problème nucléaire dans la péninsule coréenne», a précisé Iouri Ouchakov, ajoutant que «la Russie a l’intention de soutenir de toutes les façons possibles les tendances positives» en la matière.

 

Premier sommet depuis huit ans

L’attente autour de ce sommet n’a cessé de grandir depuis que le Kremlin a annoncé la semaine dernière que les deux chefs d’Etat se retrouveraient en Russie «dans la deuxième moitié du mois d’avril».

A Vladivostok, important port russe sur le Pacifique situé à quelques centaines de kilomètres seulement de la frontière avec la Corée du Nord, des drapeaux russes et nord-coréens étaient déjà hissé dans les rues en prévision du sommet.

Il s’agira du premier sommet entre les leaders des deux pays depuis que Kim Jong Il – le père de l’actuel dirigeant nord-coréen – a rencontré Dmitri Medvedev, l’actuel Premier ministre russe alors président, il y a huit ans.

 

Relations amicales

La Russie entretient de longue date des relations plutôt amicales avec Pyongyang et lui fournit de l’aide alimentaire. Le président Vladimir Poutine a exprimé depuis longtemps sa disponibilité pour une rencontre avec le leader nord-coréen.

Leur rencontre intervient moins de deux mois après le deuxième sommet entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump, organisé à Hanoï, et qui s’est achevé sans parvenir à un accord sur le sort de l’arsenal nucléaire nord-coréen.

Après une année 2018 marquée par un spectaculaire rapprochement entre les deux Corées et un premier sommet historique entre Kim Jong Un et Donald Trump, la détente apparaît de plus en plus fragile, dans la foulée du fiasco de la rencontre de Hanoï.

 

Recherche de soutien international

Kim Jong Un a rencontré le président chinois Xi Jinping à quatre reprises en l’espace d’un an mais il cherche actuellement un soutien international face à Washington. Kim Jong Un a aussi rencontré trois fois le président sud-coréen Moon Jae-in et une fois le président et chef du Parti communiste du Vietnam, Nguyen Phu Trong, depuis mars 2018.

Moscou prône un dialogue avec Pyongyang sur la base d’une feuille de route définie par la Chine et la Russie. La Russie a déjà demandé la levée des sanctions internationales contre la Corée du Nord, tandis que les Etats-Unis l’ont accusée d’aider Pyongyang à violer certaines sanctions.

Kim Jong Un aurait dû se rendre à Moscou en mai 2015 pour les 70 ans de la victoire des Alliés lors de la Seconde guerre mondiale, mais il y avait renoncé quelques jours avant l’événement.

 

(nxp/afp)

Leave a Reply

Your email address will not be published.