Le salaire des politiciens est beaucoup trop bas !

Nous savons, le titre fera sursauter de nombreux lecteurs. Nous ferons probablement face à de nombreux commentaires désobligeants sur les réseaux sociaux.

 

 

Mais si nous regardons la réalité en face, voici quelques exemples de salaires versés à des politiciens et à des dirigeants de grandes entreprises.

Président de la France – EUR 180’000

Président de l’Oréal – EUR 10’700’000

Président de Sanofi -EUR 6’100’000

Président de Lagardère – EUR 4’900’000

 

Premier-Ministre Belge – EUR 227’000

Président de UCB – EUR 3’100’000

Président de Umicore – EUR 2’200’000

 

Premier-Ministre du Canada – $ 172’700

Président de Blackberry – $ 89’700’000

Président de Magna – $ 23’400’000

Président de Onex – $ 21’100’000

 

Plusieurs diront que les politiques ne se présentent pas et ne devraient pas se présenter pour une question salariale. Dans un monde parfait, ils auraient tout à fait raison. Mais nous ne vivons pas dans un monde parfait.

D’autres me diront que même si les salaires ne sont pas si extravagants, il y a tout de même parfois de bons candidats qui se présentent.  Tout à fait…mais dans la majorité des cas ils se présentent non pas pour le salaire qui leur sera versé durant leurs fonctions officielles mais dans leur carrière subséquente.

En effet, que font les politiques qui se retirent de la vie publique ?  Ils vont généralement travailler pour des firmes importantes avec un salaire qui, cette fois-là, leur permettra d’augmenter de façon très importante leurs revenus. Et les grandes sociétés ne les embauchent pas en récompense d’avoir servi l’intérêt commun, mais plutôt par un « subtil retour d’ascenseur » ou parce que ces firmes savent pertinemment bien qu’ils ont pu se faire une multitude « d’amis » dans la haute fonction publique, ce qui pourrait les aider à obtenir des contrats, à se faire décerner des autorisations particulières, et j’en passe.

Un chef d’Etat a une influence directe sur la vie de millions de personnes. Il doit travailler sans relâche, il doit souvent mettre de côté sa vie familiale et faire face à des critiques qui ressemblent parfois plus à l’insulte qu’autre chose.

Un potentiel candidat de qualité aura généralement un emploi bien rémunéré, occupera un poste décisionnel relativement élevé ou sera un patron exemplaire (et oui, on en trouve). Dans tous les cas de figures, un potentiel candidat de qualité gagnera généralement déjà bien sa vie. Alors pour quel motif accepterait-t-il de se présenter aux élections, sachant que ses revenus ne seront pas plus élevés, qu’il se fera sans cesse critiquer de façon parfois violente dans les réseaux sociaux, qu’il aura beaucoup moins de temps libre avec sa famille et ses proches et que chacune de ses décisions sera scrutée à la loupe et analysée par de nombreux « experts » ?

Bref, si le salaire d’un chef d’Etat était beaucoup plus « conforme » aux responsabilités qui vont de pair avec la fonction, ne croyez-vous pas que des candidats de qualité, auxquels peut-être personne n’a jamais pensé, pourraient alors devenir intéressés à prendre la charge ? Peut-être que c’est ainsi que le renouveau qui est souhaité par une très grande partie de la population pourrait survenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.