Une deuxième visite consulaire pour l’ex-diplomate canadien arrêté en Chine

Le gouvernement fédéral indique que l’ancien diplomate canadien Michael Kovrig a reçu jeudi une deuxième visite d’agents consulaires depuis son arrestation en Chine, le mois dernier, pour avoir prétendument mis en danger la sécurité nationale de ce pays.

Un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères a déclaré qu’Ottawa demeurait profondément préoccupé par ce qu’il qualifie de « détention arbitraire » de M. Kovrig et de son compatriote Michael Spavor, également arrêté le mois dernier pour des allégations similaires.

Guillaume Bérubé a déclaré dans un communiqué que le Canada exigeait leur libération immédiate et continuerait à faire pression pour un meilleur accès consulaire.

M. Kovrig avait été arrêté le 10 décembre ; quatre jours plus tard, « des fonctionnaires canadiens ont été autorisés à communiquer avec lui pour la première fois », indique M. Bérubé.

Les diplomates canadiens avaient aussi rendu visite à M. Spavor pour la deuxième fois plus tôt cette semaine.

L’arrestation de MM. Kovrig et Spavor semble constituer des représailles à la suite de l’arrestation par le Canada, le 1er décembre, de la directrice financière de Huawei, à la demande des États-Unis. L’arrestation de Meng Wanzhou et son éventuelle extradition vers les États-Unis ont enragé Pékin, qui a exigé sa libération et mis en garde le Canada contre de « graves conséquences ».

« En général, les visites consulaires ont pour objectifs principaux d’évaluer le bien-être d’un citoyen canadien, de clarifier la nature de la détention avec les autorités locales et avec le Canadien détenu, de fournir des conseils sur le processus juridique dans le pays concerné, de demander l’accès à des soins médicaux, si nécessaire, et de servir de voie de communication entre le Canadien détenu et ses proches. »

 

(pc)

Leave a Reply

Your email address will not be published.