Banque de France incendiée: il va en prison

L’artiste russe Piotr Pavlenski a été condamné jeudi à un an de prison ferme pour avoir incendié la façade d’une succursale de la Banque de France.

 

 

Un artiste contestataire russe a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour avoir incendié la façade d’une succursale de la Banque de France dans la capitale française. L’homme, qui a déjà passé onze mois en préventive, avait obtenu l’asile politique en mai 2017.

Piotr Pavlenski comparaissait, avec son ex-compagne Oksana Chaliguina, pour «destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes». Tous deux avaient été arrêtés dans la nuit du 15 au 16 octobre 2017 devant une succursale de la Banque de France à Paris dont ils avaient incendié la façade.

Il s’agissait, selon eux, d’une performance artistique intitulée «éclairage». L’artiste entendait dénoncer la présence de la Banque de France sur la place de la Bastille, ce qui est, selon lui, «historiquement honteux».

 

Des précédents

Oksana Chaliguina a, elle, écopé de deux ans de prison, dont seize mois avec sursis. Les deux prévenus ont l’interdiction de détenir une arme pendant 5 ans. Ils devront en outre payer 18’678 euros à la banque centrale française au titre du préjudice matériel et 3000 euros au titre du préjudice moral. «Jamais!», a vivement réagi, en russe, Piotr Pavlenski.

L’artiste de 34 ans s’est fait connaître en défiant régulièrement les autorités russes: il a notamment arrosé d’essence et incendié les portes du siège de l’ex-KGB à Moscou. En 2012, il s’était cousu les lèvres en soutien aux Pussy Riot, un groupe de jeunes femmes condamnées en Russie à deux ans de camp pour avoir «profané» la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou au cours d’une «prière punk».

 

(nxp/ats)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.