Curé rançonné par celui qu’il avait recueilli

Un prêtre a été ruiné par un individu qui prétendait détenir des clichés compromettants de lui.

 

 

«Il voulait aider, et à présent il n’a plus rien», a expliqué un proche à la barre. Le chantage dont a été victime un curé a occupé mardi le Tribunal de district d’Andelfingen. Un Slovaque lui aurait soutiré 300’000 francs… et lui a fait perdre le travail qui représentait toute sa vie.

Dejan P. avait trouvé une cible idéale en la personne de L., prêtre qui gardait son homosexualité secrète. Il avait commencé par solliciter l’aide de l’homme d’Eglise âgé d’une soixantaine d’années, qui lui avait ouvert son presbytère. Peu à peu, P. avait pris ses aises dans la maison, rejoint par des membres de sa famille, raconte la «NZZ». Puis l’individu s’était mis à soutirer de l’argent au curé, d’abord sous prétexte de «prêts», puis en menaçant de diffuser des clichés intimes.

Ce manège a duré une année, entre 2016 et mai 2017, jusqu’à ce que le compagnon du prêtre alerte la police. Elle a cueilli Dejan P. et un complice un matin qu’ils venaient réclamer 1400 francs à leur victime. Deux mois plus tôt, le diocèse avait licencié L. après que l’existence de clichés compromettants – en réalité faux – avait été éventée au sein de la paroisse.

 

Clan criminel

Une peine de 30 mois a été requise contre le Slovaque, ainsi que son interdiction du territoire helvétique pour une durée de cinq ans. Déjà condamné à deux reprises en Thurgovie et à Soleure, en 2008 et 2010, l’homme serait lié à un clan connu pour rançonner des personnes âgées vulnérables en Suisse orientale. Durant l’enquête, la police a d’ailleurs découvert qu’il avait aussi vidé les économies d’un retraité appenzellois de 79 ans atteint de démence. Le verdict sera rendu ultérieurement.

 

(arg)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.