Asia Bibi, acquittée mais toujours en prison

L’ordre de libération de la chrétienne n’est pas encore arrivé à la prison de Multan où elle est toujours incarcérée.

 

 

Asia Bibi, dont l’acquittement il y a une semaine avait provoqué la colère d’islamistes, est toujours incarcérée, ont indiqué des sources pénitentiaires mercredi. Son sort a ému la communauté internationale. En France, une quarantaine d’intellectuels ont signé un appel pour sa libération.

Condamnée en 2010 à la peine de mort pour blasphème, la chrétienne «est toujours à la prison de Multan» (centre), a déclaré Zawar Hussain Warraich, le ministre des prisons de la province du Penjab, dont Multan fait partie. Une autre source pénitentiaire a confirmé l’incarcération d’Asia Bibi, dont le président de la Cour suprême, le juge Saqib Nisar, avait pourtant prononcé la libération «immédiate» en rendant son verdict mercredi dernier.

«Elle sera libérée dès que nous recevrons l’ordre de libération», a observé M. Warraich. Ce document, généralement envoyé à l’administration pénitentiaire dans les «deux jours» suivant une décision de justice, tarde cette fois-ci à venir, a-t-il commenté.

Le ministre provincial des prisons a par ailleurs nié toute mesure sécuritaire «extraordinaire» pour assurer la sécurité de Mme Bibi, affirmant qu’«elle est déjà bien protégée par le personnel pénitentiaire». Aucun déploiement de forces de sécurité n’était de fait visible mercredi autour de la prison de Multan.

Le mari d’Asia Bibi, Ashiq Masih, avait pourtant demandé samedi au gouvernement pakistanais de renforcer «la sécurité» de sa femme «en prison». Il redoute qu’elle n’y soit attaquée.

 

Soutien international

L’affaire Asia Bibi divise fortement le Pakistan. Des islamistes, qui exigent son exécution, ont bloqué trois jours durant les principaux axes du pays, poussant le gouvernement du Premier ministre Imran Khan à signer un accord controversé avec eux.

L’exécutif s’y est engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas bloquer une requête en révision du jugement d’acquittement. L’accord a été critiqué par de nombreux Pakistanais.

Mme Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée d’une cinquantaine d’années et mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème suite à une dispute avec des villageoises musulmanes au sujet d’un verre d’eau.

Son cas avait ému la communauté internationale. Plus d’une quarantaine d’intellectuels français ont signé un appel, publié mercredi dans le quotidien Le Figaro, pour sa libération «toutes affaires cessantes». Lundi, la maire de Paris Anne Hidalgo s’est elle dite «prête à l’accueillir» avec sa famille dans la capitale française.

 

(nxp/ats)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.