Il le traite «d’escroc»: condamné pour calomnie

 L’ex-patron d’Ethical Coffee et de Pronuptia International a été reconnu coupable d’atteinte à l’honneur dans le but de nuire.

 

 

La présidente du Tribunal de police à Lausanne a condamné Jean-Paul Gaillard à vingt jours-amende (à 500 fr le jour) pour calomnie à l’égard de son ancien associé au sein de la société Pronuptia International SA. Pour, notamment, l’avoir traité d’escroc à au moins deux différentes reprises en présence d’un procureur, qui l’avait pourtant mis en garde avant de le dénoncer à la justice, le patron vaudois devra s’acquitter de 10’000 francs, ainsi que de l’intégralité des frais de justice, soit près de 5000 fr. Cette somme va donc s’ajouter à l’ardoise de 31’000 francs que le même Jean-Paul Gaillard doit verser d’ici le 15 novembre 2018 à l’actionnaire principal de Pronuptia de Paris.

 

Pas convaincu de la sincérité des excuses

En effet, le condamné a accepté de passer une transaction au civil lors d’une audience le 30 octobre dernier au tribunal à Lausanne. Gaillard a alors présenté officiellement ses excuses à son ancien associé pour l’avoir traité d’escroc et prétendu qu’il risquait cinq ans de détention en France pour avoir manipulé les cours du titre Pronuptia à la bourse, lors d’une audition au Ministère public en 2017. Mais ni la partie adverse ni la présidente du tribunal ne semblent avoir été totalement convaincues de la sincérité de ces excuses, c’est pourquoi la plainte a été maintenue et le verdict rendu sans sursis.

La justice vaudoise a en revanche renoncé à révoquer un autre sursis octroyé à Jean-Paul Gaillard en novembre 2014 par la Cour d’appel pénale du Tribunal cantonal vaudois. Il avait alors été condamné pour gestion déloyale lorsqu’il dirigeait la société Norsk Viggel Group, cofondée avec le même associé.

 

(fnt)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.