Macron propose «une vraie armée européenne»

Le président français était interrogé mardi matin sur Europe 1. Il a annoncé vouloir protéger l’Europe des puissances internationales.

 

 

L’Europe ne pourra pas se défendre sans «une vraie armée européenne», a défendu Emmanuel Macron dans une interview diffusée mardi par Europe 1.

«On ne protègera pas les Européens si on ne décide pas d’avoir une vraie armée européenne. Face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu’elle pouvait être menaçante (…) on doit avoir une Europe qui se défend davantage seule, sans dépendre seulement des Etats-Unis et de manière plus souveraine», plaide le chef de l’Etat dans cet entretien enregistré lundi soir.

M.Macron cite sans les nommer «des puissances autoritaires qui réémergent et se réarment aux confins de l’Europe». Il appelle à «nous protéger à l’égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d’Amérique», en évoquant la décision américaine de se retirer d’un traité de désarmement nucléaire datant des années 80 : «Qui en est la victime principale?», demande-t-il : «L’Europe et sa sécurité».

L’UE tente de s’adapter au nouveau contexte géopolitique lié à la volonté du président Donald Trump de réduire l’implication des Etats-Unis dans la défense de l’Europe. Un Fonds européen de Défense doit être mis en place en 2019 pour développer les capacités militaires des Etats membres et promouvoir l’indépendance stratégique de l’UE.

Paris a parallèlement initié avec huit partenaires un groupe européen d’intervention destiné à être capable de mener rapidement une opération militaire, une évacuation dans un pays en guerre ou d’apporter une assistance en cas de catastrophe. La capacité de défense renforcée de l’Europe est l’un des «projets» mis en avant par Emmanuel Macron dans son interview afin de répondre aux «peurs» des Européens.

 

Police à l’école

Emmanuel Macron souhaite que la possibilité de mettre des policiers à l’école «soit ouverte», mais «il faut toujours que ce soit la communauté pédagogique qui en décide».

«C’est une violence intolérable, j’ai demandé au ministre de réagir, il y a une première réaction qui est là et je souhaite qu’on aille beaucoup plus loin», a expliqué le président de la République dans une interview diffusée mardi par Europe 1 à propos de la diffusion en octobre d’une vidéo montrant un élève en train de menacer sa professeure avec une arme factice dans un lycée de Créteil.

 

(nxp/ats)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.