Pompeo va rencontrer le bras droit de Kim Jong-un pour parler dénucléarisation

Kim Yong Chol, bras droite de Kim Jong-un, est un interlocuteur régulier de Washington depuis la reprise du dialogue entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.

 

Les pourparlers se poursuivent. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo rencontrera cette semaine à New York son « homologue » nord-coréen, le bras droit de Kim Jong-un, dans l’optique de relancer des discussions devant aboutir à un nouveau sommet entre l’homme fort de Pyongyang et Donald Trump.

Sur la chaîne Fox News, Mike Pompeo a expliqué dimanche qu’il s’entretiendrait « cette semaine » à New York avec le général Kim Yong Chol, un des plus proches collaborateurs de Kim Jong-un.

 

« Je m’attends à ce que nous fassions de réels progrès »

Kim Yong Chol est un interlocuteur régulier de Washington depuis la reprise du dialogue entre les deux pays. Au printemps, il avait déjà rencontré Mike Pompeo à New York avant d’être reçu par Donald Trump à la Maison Blanche. Le secrétaire d’Etat américain n’a pas précisé le jour exact de la rencontre, mais cette dernière devrait se tenir en milieu de semaine, les deux premiers jours de la semaine étant dominés par les élections législatives de mi-mandat aux Etats-Unis.

« Nous aurons une bonne occasion de poursuivre les discussions autour de la dénucléarisation » du régime nord-coréen, a-t-il déclaré sur Fox News. « Je m’attends à ce que nous fassions de réels progrès, notamment pour que le sommet entre nos deux dirigeants puisse se tenir », a-t-il poursuivi sur une autre chaîne, CBS.

 

Le très délicat dossier de la dénucléarisation

Depuis la rencontre historique entre Donald Trump et Kim le 12 juin à Singapour, un deuxième face-à-face entre les deux hommes est régulièrement évoqué. « Je l’aime bien et il m’aime bien », a notamment déclaré le président américain le mois dernier. « Trois ou quatre » lieux sont envisagés pour ce nouveau sommet, avait-il précisé.

Ce sommet, et la rencontre de la semaine prochaine entre Mike Pompeo et Kim Yong Chol, doivent permettre aux deux nations d’avancer sur le très délicat dossier de la dénucléarisation du régime nord-coréen. La Corée du Nord, frappée par des sanctions économiques étouffantes pour son économie, semble cependant s’impatienter.

 

« Je ne suis pas inquiet »

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères vient ainsi de déclarer que Pyongyang pourrait revenir à sa politique de « développement simultané » de ses capacités nucléaires et de son économie si les Etats-Unis ne changeaient pas d’attitude. « Je ne suis pas inquiet, nous avons déjà vu ça au cours des négociations », a tempéré Mike Pompeo dimanche matin sur CBS, avant de réaffirmer son inflexibilité : « Aucun répit économique avant d’avoir atteint notre objectif final ».

« Ce n’est pas seulement la dénucléarisation complète, mais notre capacité à vérifier qu’elle a eu lieu qui est une condition préalable à la levée des sanctions économiques », a-t-il martelé.

 

(n.sa/afp)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.