Elle a épousé la tour Eiffel et elle porte officiellement son nom

Attirée sexuellement par les objets, cette Américaine a craqué pour la Dame de fer. Au point de se « marier » avec elle en 2007 et de porter aujourd’hui officiellement son nom.

 

 

Son premier béguin s’était porté sur Lance, un arc, celui qui lui a permis de devenir une championne de tir à l’arc de renommée mondiale. Elle avoue également craquer pour le mur de Berlin depuis deux décennies et affirme entretenir une relation physiquement extrêmement satisfaisante avec un morceau de clôture qu’elle garde précieusement dans sa chambre à coucher.

Mais c’est une tour qui a finalement ravi son cœur, car c’est à la tour Eiffel, et à elle seule, qu’Erika, ancienne militaire de l’US Air Force âgée de 46 ans, a juré amour et fidélité. Une union qui a été célébrée en petit comité et sur la « mariée », en 2007. « Avec mes proches, nous nous sommes réunis au deuxième étage. Un ami a lu mes vœux en français, puis j’ai récité un poème à la Tour. C’était très émouvant de lui offrir mon cœur. Nous avons une connexion spéciale. Ceci dit, ce mariage n’a aucune valeur auprès de la loi. Il n’y a pas eu de cérémonie et aucun papier officiel n’a été signé« , précise l’Américaine à nos confrères de Télé Star.

 

« Eiffel, c’est le nom qui est inscrit maintenant sur mon passeport »

« Depuis mon enfance, je suis attirée par certaines structures. Les ponts et les tours me fascinent. Gustave Eiffel est un génie qui a réussi à rassembler mes deux passions en un monument puissant. » Et, pour montrer que cette noce n’avait rien d’une lubie à ses yeux, Erika a entrepris aux Etats-Unis les démarches nécessaires pour porter officiellement le nom de la famille Eiffel : « Maintenant, c’est le nom qui est inscrit sur mon passeport et mon permis de conduire. La procédure est compliquée. Ça m’a pris beaucoup de temps et coûté plusieurs centaines de dollars. » Un mariage d’amour qui était aussi un acte militant pour la nouvelle madame Eiffel, fondatrice de Objectùm-Sexuality Internationale, une association de soutien aux objectophiles, autrement dit tous ceux qui, tout comme Erika, ressentent une attirance, qu’elle soit amoureuse, physique ou spirituelle, pour les objets inanimés.

Lorsque sa tour bien-aimée souffre, Erika dit être capable de le sentir

Ces derniers, selon elle, ont bien une âme : « Notre communauté compte environ 400 membres. Pour nous, il est parfaitement naturel de ressentir une connexion naturelle avec les objets. » Des choses qui, affirme l’Américaine, sont capables d’aimer en retour : « Cela peut sembler fou parce que c’est différent, mais ma relation avec la tour Eiffel est bien réelle. » Et, lorsque sa tour bien-aimée souffre, Erika dit être capable de le sentir : « J’allais souvent la voir jusqu’en 2012. Mais, cette année-là, j’ai été repoussée par le personnel parce que les gens et les médias se sont moqués de notre relation. Depuis, je couvre ma tête et mon tatouage de la Tour pour y aller, mais je la trouve triste. Les nombreux contrôles de sécurité ont changé quelque chose. » Espérons pour Erika que son mariage avec la tour Eiffel durera. Avec plus de 6 millions de visiteurs par an, mieux vaut ne pas être trop jalouse…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.