Embarquement pour le plus long vol au monde

Un vol Singapour-New York doit décoller ce jeudi soir. Il doit effectuer 16’700 km, avec des conditions de confort améliorées pour les 161 passagers de ce voyage interminable.

 

 

Un menu «bien-être», un éclairage amélioré et un très long catalogue de films à regarder… Des passagers se préparaient jeudi à embarquer sur le plus long vol au monde: un marathon de près de 19 heures entre Singapour et New York. Deux pilotes et deux copilotes ne seront pas de trop pour se relayer aux commandes de l’Airbus A350-900 ULR (ultra long range, ultra long rayon d’action) qui parcourra les 16’700 kilomètres qui séparent la cité-Etat et New York.

Pour ce vol SQ22 de Singapore Airlines, dont le décollage est annoncé à 23h35 (17h35 heure de Luxembourg), l’appareil est configuré pour transporter 161 passagers, dont 67 en business, 94 en premium economy, mais aucun en classe éco. La vacation de l’équipage, qui compte aussi 13 personnels en cabine, sera scindée, a précisé Singapore Airlines, afin que chacun puisse observer la pause minimale réglementaire de quatre heures.

 

Passer le temps

L’enjeu, pour les passagers, sera de passer le temps. Ceux qui n’auront pas emporté un ou deux pavés à lire pourront se rabattre sur un choix de films et de programmes télévisés d’une longueur cumulée de 1 200 heures, soit l’équivalent de sept semaines. Le menu à bord comptera notamment des plats sélectionnés pour favoriser le «bien-être» dans les airs, selon la compagnie.

Pour améliorer l’expérience en vol et réduire le stress créé par le fait de passer près d’une journée entière dans le ciel, le plafond de la cabine est surélevé et les hublots plus larges, tandis qu’un éclairage LED spécial a été mis en place, censé en jouant sur les couleurs réduire le jetlag, les effets du décalage horaire. «La recherche montre que l’hydratation et l’alimentation sont des facteurs importants», explique à l’AFP, Rhenu Bhuller, experte santé du cabinet de consultants Frost & Sullivan.

«Il faut éviter les aliments qui provoquent des gaz et des sensations de ballonnement ainsi qu’une consommation excessive d’alcool». «La principale inquiétude est celle de la thrombose veineuse profonde qui est la conséquence à la fois d’une position assise trop longue et de la déshydratation», explique de son côté Gail Cross, consultante à l’Hôpital universitaire national de Singapour.

 

(20 minutes/afp)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.