L’imputabilité des fonctionnaires…..

Les travailleurs peuvent perdre leur emploi en cas de fautes importantes ou de non-productivité.  Les gens d’affaires sont constamment sous surveillance par une ribambelle de lois, de règlements et de vérifications diverses.  Les politiciens sont constamment sous le feu de la rampe en cas d’impairs.  Mais qu’en est-il des fonctionnaires, surtout ceux qui se trouvent en haut de l’échelle ?

 

 

Qu’ils soient juges, procureurs, vérificateurs fiscaux, responsable des achats pour un ministère, chef d’une agence gouvernementale de renseignement, directeur d’un organisme, chef d’un département, et j’en passe, on dirait que ces personnes sont intouchables.

Ce sont eux, dans les faits, qui gèrent au quotidien des milliards, qui peuvent commettre des erreurs qui auront une incidence sur les finances de l’Etat, et donc sur notre argent, mais ces derniers ne se retrouvent à peu près jamais puni, même en cas de faute lourde ou de malhonnêteté.

La majorité des pays occidentaux ont créés une classe de privilégiés.  Les politiciens et certains médias ont réussit à faire croire qu’il s’agissait de gens d’affaires fortunées, mais il n’en est rien.

 

Tout le monde a des comptes à rendre, sauf eux !

Un homme d’affaires aura réussit à devenir riche car il aura, au départ, créé de la richesse.  On pourra toujours dire ou penser que ce qu’il redonne n’est pas suffisant pour aider ses concitoyens, mais au moins, il aura bâtit une entreprise qui aura créé des emplois.

Un politicien travaille sans relâche.  Il peut commettre des erreurs mais si tel cas se produit, il se le fera rappeler par d’innombrables articles de journaux qui pourront éventuellement lui coûter ses élections à venir et, par conséquent, son emploi.

Le travailleur aussi peut se retrouver sur la corde raide s’il agit avec peu de professionnalisme ou si ses erreurs se répercutent sur le bon fonctionnement ou la rentabilité de la société qui l’emploi.

Mais un fonctionnaire fiscal qui, par pure méchanceté, met une société à terre avec les 40 personnes qu’elle emploie n’aura aucune sanction et continuera à sévir même s’il était prouvé qu’il a agit malicieusement.

Un directeur d’agence gouvernementale qui favorisera ses « amis », ce qui en résultera en dépenses inutilement plus élevées pour ses concitoyens, sera « condamné » à rester chez lui, avec son plein salaire.  Et si un jour les médias apprennent cela, les journalistes préféreront faire mal paraître le Ministre responsable qui n’avait aucune idée de ce qui se tramait plutôt que de vilipender le fonctionnaire en question.  Normal.  La figure d’un politicien associé au mot « scandale » fait vendre plus de journaux que la figure d’un inconnu du public.

L’assistant chef de cabinet d’un Ministre n’aura qu’à dire que le Ministre était au courant des pots-de vins versés par des entrepreneurs (même si c’est un mensonge) pour que ce dernier ne soit d’aucune façon imputable, même si c’est le dit assistant qui a bel et bien touché le pognon pour payer sa dernière voiture.  En effet, curieusement, les policiers et procureurs ne suivent que très rarement « l’argent »….préférant tirer à boulet rouge sur la personne qui leur fera le plus de publicité personnelle, soit le politique.

C’est ainsi que les choses se passent….et plus souvent que vous ne le pensez.

Alors, la question reste posée….quand est-ce que tous ces fonctionnaires incompétents, malhonnêtes et « tire-au-flancs » seront imputables…..tout le monde (sauf eux) s’en porteraient mieux…et même leurs collègues consciencieux.

 

 

(Rédaction: International Insider – en français)

Leave a Reply

Your email address will not be published.