Voici comment faire condamner une personne pour un crime qu’elle n’a pas commis sans utiliser la torture

Dans certains pays, la torture permet souvent à la Justice de condamner des innocents. Chaque personne comprendra aisément que la peur d’être tué ou de souffrir atrocement est un facteur psychologique assez fort pour qu’une personne soit disposée à avouer un crime qu’elle n’a pas commis.  Mais qu’en est-il dans les pays ne pratiquant pas la torture (physique) ?

 

 

Selon de nombreuses études publiées, notamment une qui l’a été par trois neurobiologistes israéliens et intitulée « Behavioral and Neural Mechanisms of Overgeneralization in Anxiety », il est expliqué que le stress et l’anxiété vécu par une personne produira comme conséquence que le cerveau de cette dernière changera la perception de la réalité.

En effet, la peur et l’anxiété ont des conséquences énormes sur l’esprit, le corps et notre perception du monde. Lorsque nous ressentons une angoisse, il est fréquent de commettre des erreurs que nous regretterons plus tard. Même que nous pensons que nous aurions peut-être dû agir différemment à l’époque. Mais en fin de compte, nous devons nous rappeler que nous ne percevons pas le monde avec précision lorsque nous sommes dans cet état précaire.

Cette étude effectuée en Israël a notamment révélé que les personnes qui sont aux prises avec un trouble anxieux vont percevoir les choses ou les personnes inoffensives comme des menaces au niveau inconscient. Cela pousse malheureusement souvent la personne anxieuse à tout percevoir à travers la peur.

Si vous avez déjà été aux prises avec la peur ou l’anxiété, alors vous savez à quel point cette pente peut être glissante, et que sans tous les éléments nécessaires pour favoriser un rééquilibrage, vous pouvez rapidement devenir intenable.

C’est d’ailleurs aussi ce qui explique pourquoi les gens anxieux ont tendance à se faire du souci lorsqu’il n’y a aucune raison de s’en faire.

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) est la forme la plus courante de détresse qui est cliniquement reconnue dans le domaine de la psychologie.  Le TAG est défini comme: « un trouble psychologique caractérisé par un état d’anxiété excessif ou disproportionné qui est associé aux événements ».

En conséquence, si une personne est déjà prédisposée à souffrir d’anxiété, et qu’au surplus elle est mise psychologiquement sous pression, elle aura automatiquement un souvenir des faits qui ne correspondra pas à la réalité, et la personne se retrouvera donc dans une situation où ses propos seront déformés, incohérents et faux par rapport aux événements qui se sont déroulés, ce qui pourra être subséquemment démontré.

Si, au contraire, une personne n’est pas déjà prédisposée à souffrir d’anxiété, plusieurs études ont démontrés qu’avec une « technique adéquate », il était relativement facile de faire naître dans son cerveau ce trouble d’anxiété, tout ne serait qu’une question de temps.

Au final, que le sujet aille lui-même avouer un crime qu’il n’a pas commis ou non, le résultat sera à l’effet que ses déclarations le feront passer pour une menteur, ce qui est généralement suffisant pour obtenir sa condamnation.  En effet, pourquoi mentir lorsque l’on a rien à se reprocher se disent la majorité des gens….mais dans bien des cas, le sujet n’a pas menti, il a juste été uniquement mis assez sous pression pour que son cerveau lui mente.

 

(Editorial – International Insider)

Leave a Reply

Your email address will not be published.